Témoignages de guérison

MALADIES ÉMERGENTES, COMMENT S’EN SORTIR ?

(7ème édition remise à jour en 2015)

Vous trouverez dans ce livre, le témoignage de guérison de Françoise Cambayrac, ainsi qu’une quinzaine d’autres récits de malades qui s’en sont sortis, dont une personne guérie de SEP.   livre disponible dans le menu sur la page acheter les livres

***

Témoignage de Lionel :
J’ai 39 ans, et suis resté sidéré à la lecture de votre livre, tellement ce que vous décrivez ressemble à ce que je ressens. Voici mon histoire :
Je souffre depuis de nombreuses années de douleurs diffuses qui semblent être articulaires, mais les radiographies ne montrent pas de problèmes d’arthrose ou autre. Pourtant elles sont bien là ces douleurs, et de plus en plus présentes. Elles sont telles que vous les décrivez dans votre livre, et ma fatigue est de plus en plus lourde à supporter. Je dois me reposer de plus en plus pour garder le peu d’énergie que j’ai pour mes heures de travail. L’an passé, mon médecin m’a mis sous antidépresseur, et m’a adressé à un psychologue pour suivre une psychothérapie.
Quand je parle de mes douleurs, personne ne me croit vraiment : mon médecin me dit que c’est psychologique, et le psychologue pense que je suis un peu fragile physiquement
Bref, « Monsieur L.. faites du sport ! »
Or je ne suis pas du tout en état de faire du sport. j’ai beaucoup de mal à marcher longtemps, et je réduis de plus en plus mes activités, pour garder mes forces pour mon travail. C’est un cercle vicieux.
Je regrette encore d’en avoir parlé aux médecins du travail. Ils m’ont classé, au mieux parmi les « emmerdeurs », et au pire, parmi les cas « psy » …
Mais même sous traitement antidépresseur, les douleurs sont toujours là, et mon médecin me soupçonne de ne pas prendre mon traitement sérieusement.
Pour les détails, je suis porteur d’une bonne quinzaine d’amalgames, dont certains très gros. Ceci depuis l’âge de 6 ans, car mes dents poussaient avec des caries.
Malheureusement, exceptée une collègue, personne ne semble croire à tout cela. Ni mon médecin, ni mon psychologue, et encore moins mon dentiste qui m’a presque disputé quand je lui en ai parlé :  » Vous me décrivez là une belle affaire de charlatanisme ! à moins que vous ne vouliez, derrière tout cela, cacher un simple désir de faire de l’esthétique ? » (Propos du dentiste accompagnés d’un petit sourire moqueur…)
Alors que faire ? Qui dois-je consulter ? Si vous pouviez m’éclairer, je vous serais infiniment reconnaissant, car mes forces sont au plus bas et les douleurs ne me quittent pas malgré le moral qui est bon. Et ce week-end, elles m’ont fait beaucoup souffrir.

Courrier de Lionel après 8 mois de traitement.

J’ai consulté et fait le test d’après vos conseils. Les résultats sont énormes et je suis en traitement depuis le début de l’année. Je crois que j’ai de la chance, malgré un taux à 270 µg de mercure, car mon état s’est rapidement amélioré.
Mon problème est donc assez simple visiblement, car je n’ai que très peu d’autres métaux et ne présente pas d’allergie aux métaux. J’attends le feu vert du médecin pour entreprendre les travaux dentaires.
Mes douleurs ont presque disparu et ma fatigue chronique aussi.
Après seulement 8 mois de traitement, le bénéfice obtenu est déjà incroyable ! Je revis véritablement, et je profite de l’été, chose que je n’avais pas connu depuis longtemps. J’ai repris mes activités de jardinage et de bricolage que je ne pouvais plus pratiquer. Je peux de nouveau faire des promenades à pied.
Et ma mémoire s’améliore de semaine en semaine. ça aussi c’est formidable !
Lionel

Témoignage de guérison de Thomas

Durant des années,j’ai souffert de fatigue chronique très intense devenant de plus en plus insupportable, avec sensation de corps lourd, absence d’énergie, sommeil irrépressible au moindre repas, crispations à tous les niveaux, pensées lentes et tensions intérieures, raideur du corps, difficultés d’écriture, vertiges, maladie de peau probablement une sorte de candidose.
Après un long, long parcours et de multiples recherches, approches, et toutes sortes d’essais thérapeutiques sans succès (alimentation,jeûnes, compléments alimentaires, …) j’ai fini par découvrir votre livre. Il est d’une grande clarté et ça a été pour moi une révélation que de le lire.
Je commence donc le processus de chélation en février. Cette première chélation/test a mis en évidence un taux de mercure de 82,74 mcg/g Créatinine. Je comprends alors mieux pourquoi je vais mal !
Les séances se sont ensuite succédées régulièrement toute l’année jusqu’à l’automne et jusqu’à la neuvième séance, l’évolution a été assez subtile (baisse sensible et très progressive des tensions, comme si la psyché et le corps se détendaient).
Durant les échanges que j’ai pu avoir avec les autres patients, on m’avait signalé que la huitième séance pouvait représenter un seuil important avec des améliorations significatives. Je l’ai donc attendu impatiemment… mais il ne s’est rien passé !
C’est donc à ma grande surprise que, passé la neuvième séance, dans la semaine qui a suivi, j’ai pu constater une amélioration spectaculaire de mon énergie qui s’est remise à circuler, tant sur un plan corporel que sur un plan psychique, avec le sentiment d’être bien dans ma peau. Je retrouve soudain la forme physique.En l’occurrence et pour en souligner l’importance, le sentiment de passer d’une 4L à une Porsche 911 ! Très impressionnant. Là où le corps était lourd, plein d’inertie, je retrouve un corps léger et plein d’allant. Depuis, ma marche est beaucoup plus rapide et ma vie est transformée.
Mais ce n’est pas tout. Cette dynamique corporelle s’est accompagnée d’une grande fluidité : ma main s’est détendue et l’écriture est devenue plus fluide, plus enroulée, plus naturelle. J’ai eu le sentiment très net que des crispations intérieures étaient tombées. La pensée elle-même est devenue plus fluide, plus rapide.Un autre aspect notable a été l’amélioration de ma drôle de maladie de peau. A partir de la 9ème chélation, ces cloques se sont mises à sécher toute seules après chaque chélation, et ne persistent plus maintenant qu’à l’état résiduel.
Aujourd’hui, les choses sont en train de se stabiliser, ma vie est considérablement améliorée. La perception intérieure que j’ai de la présence du mercure en moi, serait qu’il agit un peu comme de la glue, de la glue psychique et corporelle, empêchant l’énergie de circuler comme elle le devrait.
Voilà donc, en quelques mots, l’essentiel de ce que j’ai pu constater.
Thomas

Voici maintenant 4 témoignages de guérison que vous trouverez dans « Maladies émergentes : comment s’en sortir » (Parmi d’autres récits, dont le parcours de guérison de Françoise Cambayrac).

Témoignage de guérison de Gabrielle

J’ai aujourd’hui 48 ans.
Fatigue extrême, hypersomnie, teint très pâle, tête constamment dans le brouillard, asthénie, pensée confuse, m’ont empêché de vivre normalement pendant longtemps.J’étais suivie par un ORL depuis 22 ans, nez, gorge, oreilles, étant chez moi dans un état déplorable. Je ne cessais d’être infectée et j’avais un profil de dépressive, alors que tout allait bien dans ma vie (j’ai même fait un « burn-out »). Je perdais la mémoire, cherchant de plus en plus mes mots. J’avais des idées noires, et de plus en plus d’angoisses. Chaque hiver j’étais malade en ORL et prenais très souvent des antibiotiques.
Je m’adressais à des médecins pour trouver des pistes d’amélioration, tous me disaient la même chose : « Vos analyses de sang sont parfaites, si cela ne va pas, c’est dans votre tête, allez donc voir un psy. »
Février 2009 je tombe sur une émission de télévision et là, j’ai une révélation : « et si c’était à cause de tous les amalgames que j’ai dans la bouche, et certains depuis l’âge de 8 ans ? ».
Je lis aussitôt le livre de Françoise Cambayrac : Vérités sur les maladies émergentes. Quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’immédiatement après avoir commencé à suivre ce qu’elle conseille et qui est gratuit, mes problèmes ORL disparurent !
Je me suis dépêchée de faire un test de provocation, j’avais un taux de 141 µg de mercure ! Le médecin m’a prescrit alors en plus un test d’allergies qui révéla une très forte allergie au mercure.
J’ai suivi le protocole de dépose indiqué dans le livre à la lettre, en veillant à coupler les retraits de mes dix amalgames, trois couronnes au nickel et quatre vis en métal, avec des intra-veineuse de DMPS.
Après dix mois de traitement, voilà mon taux de mercure descendu à 11µg ! Et le constat est sans appel : j’ai retrouvé une énergie incroyable, je n’ai plus ni fatigue, ni confusion dans ma tête, ni angoisse, ni idée noire. J’ai repris des couleurs et viens de passer mon premier hiver sans antibiotiques car je ne suis pas tombée malade !
Mon médecin ORL qui me suit depuis 22 ans m’a annoncé que mes muqueuses nasales sont devenues normales, alors que pendant 22 ans, elles étaient de type allergique.
Mon histoire vous paraît incroyable ? A moi aussi !

Témoignage de guérison de Marie-Thérèse

J’ ai souffert durant presque vingt ans : fatigue chronique intense que rien ne justifiait, dépression, angoisses, malaise indéfinissable et continuel, très invalidant.
Tous les examens médicaux possibles et imaginables entrepris ne révélaient aucune anomalie. Les recherches effectuées personnellement, les essais de thérapie psychique ou les traitements de médecine parallèle ne m’apportaient aucune amélioration, je suis gagnée par le désespoir ! Un calvaire qui durera 17 ans …
Mais en 2003, par l’intermédiaire d’un journal de santé naturelle, j’ai réussi à entrer en contactavec le docteur Melet qui aussitôt m’ a prise en charge. Il était temps !J’ai effectué les tests nécessaires par correspondance, avec le laboratoire allemand, ce n’était pas si compliqué, lesquels ont effectivement révélé une intoxication importante au mercure due à la présence de 6 amalgames dentaires dans ma bouche. Le Dr Melet avait raison. J’ai donc entrepris le traitement sous son contrôle (jusqu’à son décès brutal en 2005).

Mon taux de mercure diminue, mon état s’améliore progressivement, je fais alors assianir ma bouche en ôtant les plombages et retrouve une forme excellente. A bientôt 77 ans, je puis dire que je me sens rajeunie et ne me suis pas aussi bien portée depuis plusieurs décennies.
Mon entourage n’en revient pas. Avant de vous lire, j’attribuais cette guérison au traitement du docteur Melet, mais sans en être absolument certaine. Mais après la lecture de « Vérités sur les maladies émergentes », je n’ ai plus aucun doute : cette lecture m’ a fait découvrir tant de choses ! Je vous félicite et vous remercie de tout cœur pour ce travail considérable accompli.
J’ ai une telle reconnaissance envers le docteur Melet que, comme vous, je ne pense pas avoir le droit de garder tout cela pour moi. Je parle le plus possible de mon expérience vécue autour de moi, je fais lire votre livre en le prêtant, en le recommandant à tous ceux que je rencontre.
C’est aussi pourquoi je désire participer à votre forum, y témoigner et contribuer à encourager tous ceux qui souffrent des ravages de ces intoxications aux métaux lourds et particulièrement au mercure (vérités si bien cachées!)

Témoignage de guérison de Géraldine

J’ai 37 ans, je suis mariée sans enfants, je vis à la campagne. Depuis une dizaine d’années, je souffrais de douleurs dorsales et cervicales douleurs du bassin, fessiers, tous mes muscles me faisaient souffrir sans parler de nombreux autres symptômes insupportables comme l’hypersensibilité à TOUT !
Les douleurs étaient atroces pendant toutes ces années, et on me soignait pour de l’arthrose et du stress !! (Aujourd’hui je crois pouvoir dire que « le stress » est un vrai fourre tout, car je ne pense pas que j’étais stressée, j’avais surtout très mal, et quand on a mal, on ne supporte rien.)
En mars 2007, ne pouvant presque plus marcher, mon médecin me prescrit un mois de Valium pour décontracter les muscles, et me parle de fibromyalgie.
Je suis littéralement choquée à l’annonce de ce diagnostic que je reçois de plein fouet, comme une bombe dans ma vie, que je perds 13 kg en 2 mois !
Oui je connaissant la maladie : une amie et une tante en sont atteintes.
Je me suis retrouvée alors comme elles avec tout le panel de médicaments prescrits en cas de fibro (une quinzaine de médicament/jour)
Heureusement, grâce à internet, j’ai vite compris que tous les traitements pour la douleur ne seraient jamais efficaces, et j’ai découvert et entamé rapidement le régime Seignalet qui a été efficace en 7 jours sur les grosses douleurs. J’ai alors décidé de me sevrer de tous ces médicaments, ce qui n’a pas été le plus simple.
Un jour dans un programme télé, je tombe sur un petit article sur votre livre « Vérités sur les maladies émergentes »je l’ai bien vite acheté ! Et là, j’ai tout compris : la raison de mes douleurs, c’était du au mercure libéré quand on m’avait enlevé mes5 amalgames. Je m’attendais à tout sauf à ça !
J’ai trouvé un médecin qui s’y connaît dans l’intoxication au mercure, il me fait des injections de désintoxication (DMSP , ZnDTPA):car mon test a montré que j’avais trop de mercure :

argent 2,69
arsenic 76,38
cadmium 1,91
étain 13,11
mercure 86,66
nickel 8,32
plomb 47,81
cuivre 1083,44

Aujourd’hui après 10 mois de traitement au DMPS, je me sens guérie de ma fibromyalgie et maintenant que j’ai éliminé ce mercure de mon corps, je peux même remanger comme tout le monde ! Plus besoin de faire de régime sans gluten et sans caséine qui est très pénible. Je n’ai plus aucune douleur et tous les petits symptômes insupportables ont disparus (sauf un malheureusement : l’hyperacousie, qui n’était peut-être finalement pas dû à l’intoxication aux métaux lourds mais à un abus de concerts de rock !)
Je dis un grand merci à Françoise car sans son livre, je ne serais pas guérie de cette soi-disant fibromyalgie !
Géraldine

Guérir de l’électrosensibilité (EHS)
Témoignage de Sophie

J’aimerais que mon histoire serve d’exemple et puisse aider d’autres electrosensibles (ou intoxiqués et abandonnés par les médecins ) à prendre eux-mêmes en charge leur santé et à comprendre d’où vient cette électrosensibilité.

Je m’appelle Sophie et j’ai 26 ans. Je viens d’emménager avec mon ami dans un joli appartement de la région parisienne. Et nous sommes enfin ensemble, depuis le temps que nous en rêvions ! Nous avions tout pour être heureux et cette période aurait dû être une des plus heureuse de ma vie. Pourtant …
En mai 2005, un dentiste retire mes 4 vieux amalgames en métal pour de la résine plus esthétique d’après lui. Cet été là, je ressens une énorme fatigue comme jamais, au point de ne plus pouvoir travailler ; je suis donc arrêtée une semaine. Je ne m’explique pas ce qui m’arrive, et je pense que c’est une crise d’herpès. Bizarre tout de même car j’ai d’autres signes étonnants: aussitôt que j’allume la télévision le dimanche, je souffre de brûlures du cuir chevelu. Puis s’installe une migraine violente et tenace qui dure 3 jours. Les brûlures reviennent ensuite, sans que je ne comprenne trop pourquoi. Les céphalées s’amplifient, une très grande tristesse inexpliquée m’envahit, mais aussi des engourdissements et fourmillements inquiétants. Mon sommeil s’effiloche, je dors de moins en moins. Je suis très mal.
Curieusement, lorsque je quitte Paris pour la campagne, je n’éprouve plus aucun malaise, je me sens complètement normale, je dors comme un loir. Plutôt étonnant tout ça ! Il m’a fallu un certain temps pour comprendre que ces symptômes ne se déclaraient pas au hasard, ni n’importe où, ni n’importe quand. Cela devient de plus en plus clair pour moi: lorsque je suis à la campagne, je vais bien.Tandis que télévision, travail sur ordinateur au bureau, métro, marche dans Paris,suscitent automatiquement d’épouvantables douleurs, au point parfois de m’effondrer en larmes.
Puis très vite tout s’accélère. Chaque sortie devient une redoutable expédition, moi qui adore me promener dans Paris, ,je ne peux plus en profiter. Rien n’est plus possible, tout semble se resserrer autour de moi. Je pense être atteinte de sclérose en plaques et suis hospitalisée quelques jours, mais … les examens ne donnent rien. Je consulte en neurologie, il s’avère que je n’ai rien non plus de ce côté, et je cours les médecins sans savoir ce que j’ai vraiment.
Je finis par comprendre que je suis « électrosensible ». En effet, je suis saisie parfois de violents maux de crâne, et m’aperçois dans les minutes qui suivent que quelqu’un téléphone avec son portable à côté de moi. J’en arrive aussi à détecter les antennes relai, et c’est très douloureux. Puis je découvre qu’il y en a une à 100 mètres de chez moi ! Je comprends mieux pourquoi dormir ici m’est impossible. Je me renseigne: c’est bien cela, je suis sensible aux ondes électro-magnétiques.
J’explique au médecin du travail qui est très compréhensive, que je connais maintenant la raison de mon extrême fatigue, et des malaises que je ressens au bureau, car il est littéralement envahi de matériel informatique. Mais cela ne sert à rien, il a été impossible d’aménager pour moi une place de travail spécial.
C’est l’impasse dans ma vie. Je me retrouve à ne plus pouvoir habiter chez moi, et à ne plus pouvoir me rendre à mon travail. Il me fallait faire un choix entre ma vie professionnelle et ma santé, car aucun médecin n’a trouvé nécessaire de me faire un arrêt maladie. Aucun ne m’a proposé ni remède, ni repos. Mon quotidien se trouve complètement chamboulé presque du jour au lendemain, en un mois j’ai dû tout quitter.
Pourtant, même si c’est dur, savoir enfin ce que l’on a, apporte un soulagement, car c’est aussi pouvoir y remédier, même s’il y a parfois plusieurs causes à démonter les unes après les autres, comme des poupées russes, pour retrouver la santé.
C’est le cœur lourd que je dois tout quitter, je ne peux pas faire autrement. Je dois changer radicalement de vie et retourner habiter chez mes parents à la campagne, puisque je n’ai plus de travail et que je ne peux pas vivre en ville. Et c’est vrai que là je me porte mieux tout de suite. Heureusement que mon ami vient me voir chaque week end…
Les médecins sont souvent agacés en nous entendant prononcer le mot « internet ». C’est vrai qu’il y a de tout et n’importe quoi sur la toile. Mais pour certains d’entre nous, cela a été salvateur et indispensable. C’est moi et moi seule qui ai trouvé la cause de mes maux.
Le jour où l’on comprend que ni les généralistes ni les spécialistes ne peuvent rien pour nous alors que nous, nous savons bien que nous avons quelque chose, notre point de vue change. Il m’a fallu me rendre aux urgences pour en être sûre ! J’ai bien senti que l’interne me prenait pour une fêlée quand je lui ai dit que je sentais les ondes, et je me suis vite rhabillée et sauvée de peur qu’elle ne me ramène une camisole de force !
J’avais tapé « guérir de l’électrosensibilité » dans un moteur de recherche et trouvé une page web qui présentait le livre de Françoise Cambayrac « Vérités sur les maladies émergentes ». A cette époque je ne pouvais pas rester longtemps devant un écran d’ordinateur car j’étais devenue hypersensible aux ondes électro-magnétiques ainsi qu’à l’électricité domestique, et pourtant je savais que j’y trouverais sûrement LA solution pour m’en sortir et guérir véritablement.
Alors il va falloir que les médecins s’y fassent et vivent avec leur temps. Nous ne sommes plus des moutons qui gobons béatement les paroles des hommes de science comme paroles d’évangile. Nous pouvons nous informer et tout circule très bien sur internet.
Ce livre m’a permis de confirmer mes doutes sur les liens entre l’électrosensibilité et les métaux lourds et de comprendre comment cela agissait, ainsi que les traitements proposés.
Après un temps de récupération à la campagne durant lequel je retrouve le sommeil et la forme, je fais le test de provocation et entame la désintoxication des métaux lourds. Mon corps a toujours bien réagi aux IV de DMPS même si j’étais légèrement fatiguée les jours suivants.
Très vite en 4 mois, c’est à dire bien plus vite que prévu, je retourne en ville, et après quelques aménagements de notre appartement, je suis heureuse de pouvoir vivre à nouveau dans mon » chez-moi » avec mon copain.
Cela n’a pas été toujours facile, il y a eu des hauts et des bas, mais je ne perds pas mon objectif: guérir ! Et l’amélioration est tellement réelle au fil des mois que je peux retravailler.
Cette maladie m’a finalement beaucoup apporté: Je prends soin de moi, j’ai modifié mon alimentation et pas mal d’autres habitudes, pour éviter d’ingérer trop de produits chimiques nocifs. On pense souvent à tort que tout ce qui est autorisé est inoffensif.
J’ai eu beaucoup de chance de très vite savoir ce qu’il fallait faire, merci internet ! La plupart de mes symptômes ont disparu. J’ai acquis une bonne hygiène de vie, et je n’ai plus à me soucier des sources de CEM autour de moi ou presque. Je ressens un grand mieux-être, même si je ne peux pas encore dormir ou travailler n’importe où, ni me balader sous les antennes relai, mais je n’y suis plus hyper-sensible, je les sens, c’est tout, et n’en souffre pas. Ma vie est totalement transformée.
Récapitulatif:
– Septembre 2008: 1er test et chélation chaque mois
– Dès janvier 2009, après 4 traitements chélateurs, je me sens déjà mieux et j’aménage mon « chez-moi » pour pouvoir y revivre, chose que je n’aurais jamais pu faire l’été précédent tellement j’étais HS
– juillet 2009, soins dentaires sur mes dents ( anciennement plombées ) selon le protocole décrit dans le livre de Françoise Cambayrac.
Encore un énorme merci à Françoise Cambayrac, au docteur et au chirurgien dentiste, je dois dire que j’ai eu beaucoup de chance de tomber si vite sur les bonnes informations.

Témoignage de guérison d’Alicia (35 ans) Ce témoignage ne figure pas dans le livre

Première lettre à Françoise Cambayrac
Une amie m’a conseillé votre livre et je l’ai dévoré en quelques jours.
Je suis bouleversée par les révélations qu’il contient. Ma maman souffre de fibromyalgie depuis plus de 15 ans. Je suis moi-même en mauvaise santé depuis… très longtemps.
Des nausées et vertiges persistants, douleurs cervicales et dorsales avec souvent des sensations d’épines dans le thorax, angines à répétition, allergies alimentaires : depuis 8 ans,je ne peux plus manger de blé, seigle, avoine, orge, certains fruits crus (pommes, poires, pêches…) ni de noisettes, noix, amandes.Tension très basse, paresthésies, sécheresse de la peau, problèmes de transit … et une intense fatigue chronique que je mettais sur le compte de mes déplacements (j’habite à Paris et travaillaisen province) mais qui ne se sont pas arrangé quand j’ai été muté à Paris, en novembre dernier, bien au contraire : ma santé s’est empirée : état dépressif, absence de tonus, TRES grande fatigue, douleurs, impression d’être droguée avec un cerveau qui fonctionne au ralenti une grande partie de la journée
En mars je suis allée voir un dentiste pour un bilan et quelques soins. Le soir même, je n’arrivais plus à marcher ! Mes jambes refusaient de se mettre en mouvement. Je ne suis pas prête d’y retourner, surtout après ce que j’ai lu dans votre livre, j’ai compris que ce vous écriviez était exact.
La semaine qui a suivi a été particulièrement éprouvante : acouphènes, tiraillements dans le cou, trous de mémoire importants, réveilavec sensation de friture électrique dans le haut du crâne (comme celle provoquée lors d’un court-circuit avec étincelles), maux de tête, cerveau comme drogué, des envies de pleurer inexpliquées, douleurs dans le bras et la main (arthrite ?), fourmillements au niveau du crâne …
J’ai 35 ans, 10 amalgames en bouche et une couronne en nickel-chrome avec un effet pile (en face et à coté d’amalgames). Je pense être intoxiquée. J’ai peur et suis angoissée. Mais en même temps j’ai envie de me battre et d’informer.S’il vous plait, aidez-moi à me mettre en contact avec un médecin spécialisé et expérimenté pour diagnostiquer et soigner, le cas échéant, une intoxication mercurielle.
J’ai acheté un deuxième exemplaire de votre livre pour qu’il soit livré à ma mère qui habite dans l’est. Je suis révoltée, mais en même temps soulagée de comprendre ce qui se joue derrière ces maladies aux origines inexpliquées. De par mon métier, je vois beaucoup de personnes, de jeunes et d’enfants qui vont mal. Beaucoup de choses s’éclairent maintenant pour moi.
Je salue votre courage et votre détermination pour qu’éclate la vérité à la suite du docteur Jean-Jacques Melet et vous adresse ma gratitude de m’avoir ouvert les yeux sur cette menace et peut-être guérir ma maman et pour moi, vivre normalement et fonder une famille.
Sincèrement,
Alicia

10 mois plus tard : second courrier à Mme Cambayrac

Voici de mes nouvelles.
Mes symptômes étaient devenus vraiment envahissants depuis quelques années. Mais, après cette banale visite dentaire, là j’avais été vraiment très très bas. Et à 35 ans, j’ai eu très peur pour mon intégrité cérébrale en raison des pertes de mémoire, des difficultés de compréhension, des douleurs en différentes zones du crâne. Il m’est arrivé d’être désorientée dans le temps et dans l’espace. J’avais besoin de dormir tout le temps. Des secousses incontrôlées du haut du corps étaient apparues lorsque j’étais au repos ou même en conduisant !
En attendant le rendez-vous avec le médecin puis le test de provocation, j’ai suivi les conseils alimentaires que vous donnez dans le livre et cela m’a permis d’au moins garder la tête hors de l’eau (et retrouver aussi un transit normal qui m’a permis de reprendre des forces)
Lorsque j’ai enfin pu faire le test fin juin, c’est comme si, dans les heures qui ont suivi, un voile qui se trouvait sur mon cerveau se levait ! J’ai aussi recommencé à faire des nuits entières. Quel bonheur !

Les résultats ont donnés en microgramme par gramme de créatinine :
Aluminium : 36,9
Arsenic : 33,3
Plomb : 31,3
Cadmium : 1,8
Cuivre : 910
Nickel : 13,08 haut
Etain : 6,7 haut
Mercure : 64,9 haut

J’étais bien intoxiquée ! (à des métaux tous présents dans ma bouche au travers de mes obturations dentaires !)
J’ai entamé la désintoxication en septembre, et petit à petit, j’ai retrouvé mes forces, mes capacités et ma santé.
Aujourd’hui, au bout de 6 mois :
– je ne mélange plus mes mots ;
– j’arrive à fixer ce que l’on me dit et à organiser ma pensée normalement
– je n’ai plus besoin de me recoucher aussitôt aprèsle petit déjeuner et je peux faire plus de choses dans la journée ;
– je n’ai plus de secousses, de paresthésies, fourmillements …
– je marche à nouveau plus longtemps et à bonne vitesse ;
– je retravaille presque normalement et peux préparer mes cours (je suis enseignante)
– je n’ai quasiment plus de vertiges, de nausées, de douleurs musculaires …

Je revis et le moral est revenu.
Mon état n’a plus rien de comparable. Je suis la preuve vivante que l’intoxication chronique aux métaux lourds existe bel et bien et se soigne.
J’ai encore tous mes amalgames en bouche et ma couronne et je m’apprête seulement maintenant, c’est-à-dire un an après le début du traitement de désintoxication à commencer leur dépose précautionneuse.
Je ne suis pas encore tout à fait au bout de mes peines mais à 36 ans l’avenir et la vie s’ouvre à nouveau à moi.

En juillet dernier, un de mes frères m’avait déconseillé de suivre cette voie de décontamination, disant que je ne retrouverais pas la santé et irai même plus mal ! J’ai heureusement suivi ma route !
Sans votre livre, qui est arrivé pour moi à un moment crucial, je n’ose imaginer où j’en serais aujourd’hui. Merci encore pour votre formidable travail et votre gentillesse. Je suis également très reconnaissante à l’amie qui me l’a conseillé ainsi qu’au docteur qui m’a soigné.
Je suis à la fois heureuse de m’en sortir mais révoltée par tant de gâchis humain et démunie devant la difficulté à faire connaître ce problème un peu compliqué. Parce qu’il ne suffit pas d’ôter les plombages, il faut d’abord se désintoxiquer, sinon on risque d’amplifier ses problèmes (comme lors de ma visite chez le dentiste de mars 2008)
C’est pourquoi j’ai voulu témoigner pour que d’autres puissent profiter de mon expérience, et éviter l’erreur n° 1 qui est de se précipiter chez le dentiste avant d’avoir entamé les investigations nécessaires qui mettent en évidence, si on a un problème d’intoxication ou non.

Copyright © 2016 Cambayrac et JML éditions.Toute utilisation ou reproduction, même partielle, du site et de son contenu est strictement interdite sans l’accord express de Françoise Cambayrac et de JML éditions.